Réseaux provinciaux

Pour compléter l’infrastructure fédérale, les provinces ont créé leurs propres réseaux pour densifier la couche fédérale. Elles s’emploient aussi à actualiser et à améliorer leurs réseaux de contrôle au gré de l’évolution de la technologie. Les organismes géodésiques des provinces jouent un rôle important dans l’adoption de la matérialisation du NAD 83 (SCRS). Ils en font la promotion sur leur territoire, conseillent les arpenteurs professionnels en matière de pratiques exemplaires et soutiennent les municipalités dans ce cadre. Si vous avez des questions additionnelles relatives aux projections et aux transformations cartographiques pour votre province, veuillez-vous adresser à votre organisme provincial compétent en géodésie.

Alberta

Le gouvernement de l’Alberta joue un rôle de coordonnateur et de facilitateur dans la mise en œuvre des systèmes de référence spatiale basés sur le GNSS dans la province. Des organismes tant privés que publics sont ainsi appelés à fournir des services GNSS au gouvernement de l’Alberta. On notera que les municipalités entretiennent l’aménagement physique du système de référence spatiale dans leurs réseaux de contrôle de levés locaux, alors que le gouvernement de l’Alberta est responsable de l’intégration globale et de la diffusion des données de contrôle de levés liés aux coordonnées et non liés aux coordonnées. 

Le réseau géodésique de l’Alberta (ASC, Alberta Survey Control) est le système provincial de référence spatiale rattaché au SCRS. Il comporte environ 27 500 points de contrôle géodésiques disséminés sur le territoire de la province. Ils sont indiqués par un repère de laiton numéroté fixé à un poteau d’acier. Un sous-ensemble d’environ un millier de ces repères a été observé avec le GPS et forme le réseau provincial de haute précision (HPN). Les données de position de l’ASC sont en coordonnées tant horizontales qu’altimétriques et s’accompagnent de données de covariance issues des travaux provinciaux de rajustement de réseau par contraintes. Les coordonnées des stations de contrôle sont diffusées en coordonnées géographiques (latitude et longitude) et en coordonnées planaires cartographiques (UTM ou 3TM). Les valeurs des coordonnées verticales sont référencées au CGVD 28. Vous pouvez consulter une carte interactive du réseau ASC au site Web du Spatial Information (SPIN) System à l’adresse suivante : https://alta.registries.gov.ab.ca/spinii/logon.aspx. Des renseignements supplémentaires sur le réseau géodésique de l’Alberta sont disponibles à l’adresse suivante : http://aep.alberta.ca/land/director-of-surveys/geodetic-control-unit.aspx.

D’une manière plus générale, les produits et services d’arpentage sont offerts par Environnement et Parcs Alberta aux adresses suivantes : http://aep.alberta.ca/ et http://aep.alberta.ca/land/director-of-surveys/default.aspx.

Colombie-Britannique

GeoBC est responsable de la matérialisation, de la gestion et de la prestation de services de consultation sur l’information et les produits géospatiaux en Colombie-Britannique. Le réseau du système de contrôle actif provincial (BCACS) compte 21 stations GNSS réparties stratégiquement pour assurer une couverture de toute la province. Vous pouvez obtenir les données du BCACS pour le post-traitement en souscrivant à un abonnement annuel ou en payant un forfait par téléchargement. Les utilisateurs ont accès aux données par protocole de transfert de fichier à l’adresse : http://www2.gov.bc.ca/gov/content/data/geographic-data-services/georeferencing/bcacs.

La page d’information du BCACS montre la répartition géographique des stations : http://www2.gov.bc.ca/gov/content/data/geographic-data-services/georeferencing/bcacs/active-control-points.

GeoBC a également tissé des partenariats avec les municipalités de la région métropolitaine de Vancouver et du district régional de la capitale pour offrir un service GNSS en temps réel pour ces deux régions. Ces services par abonnement comprennent des corrections DGPS au mètre près pour les applications SIG et des données RTK au centimètre près pour les applications en arpentage et en ingénierie. Les utilisateurs peuvent avoir accès au service GNSS par un abonnement annuel ou mensuel pour la région métropolitaine de Vancouver ou le district régional de la capitale (les deux) aux adresses suivantes : http://www.metrovancouver.org/gnss et https://www.crd.bc.ca/about/data/geospatial-data.

Outre les réseaux actifs fédéral et provincial, les fournisseurs de réseaux GNSS du secteur privé assurent un service pour les applications en temps réel en Colombie-Britannique. Ces fournisseurs sont Cansel Cannet, Leica Smartnet et Brandt Brandtnet.

Hormis les stations actives, il existe dans cette province un réseau géodésique passif de plus de 50 000 points qui servent depuis un siècle surtout au contrôle des levés cartographiques. Dans les années 1960, un partenariat entre le gouvernement provincial et les administrations locales a permis l’extension du réseau de contrôle physique aux régions en développement. MASCOT (Management of Survey Control Operations and Tasks) est le système de la base de données qui contient les enregistrements des levés pour le réseau de contrôle géodésique et qui met à la disposition du public les coordonnées, les altitudes et les données connexes publiées. Le site Web MASCOT (http://a100.gov.bc.ca/pub/mascotw/) offre un accès gratuit aux coordonnées finales des repères. Vous pouvez télécharger un fichier Google Earth KML donnant un accès graphique au réseau depuis l’adresse suivante : http://openmaps.gov.bc.ca/kml/BCGov_Geodetic_Survey_wms.kml. En outre, vous trouverez une carte interactive du réseau géodésique de cette province à l’adresse : http://maps.gov.bc.ca/ess/hm/mascot/.

D’une manière plus générale, les produits et services d’arpentage sont offerts par la « Geospatial Reference Section » du ministère des Forêts, des Terres et de l’Exploitation des ressources naturelles de Colombie-Britannique à l’adresse suivante :

http://www2.gov.bc.ca/gov/content/data/geographic-data-services.

Manitoba

Le Manitoba maintient un réseau géodésique de haute précision appelé Réseau de référence spatiale du Manitoba (RRSM), lequel est intégré au Réseau de base canadien (RBC) et fait partie intégrante du Système canadien de référence spatiale (SCRS). Le RRSM comprend 244 points géodésiques tridimensionnels dérivés du GPS et référencés au NAD 83 (SCRS) à l’époque 2010.0. Un sous-ensemble appelé SuperNet Manitoba est constitué d’environ 6 500 repères dont les positions sont déterminées par des méthodes de levés statiques GNSS et dont le référentiel est le NAD 83 (SCRS) à l’époque 2010.0. Il existe un réseau hérité du passé de quelque 4 200 repères aux positions déterminées par les diverses méthodes terrestres et satellitaires, mais qui n’est plus soutenu par la province et dont le référentiel actuel est le NAD 83 (NMIP 94). On trouve aussi un réseau de nivellement de troisième ordre hérité du passé, comptant 3 400 repères en majorité dans le sud de la province et très clairsemés dans le nord. Les données altimétriques sont disponibles dans les systèmes de référence altimétrique CGVD 28 et CGVD 2013 du Canada. Vous pouvez vous renseigner sur le programme de référence spatiale du Manitoba à l’adresse suivante : https://www.gov.mb.ca/sd/research-data-and-maps/geomanitoba/geospatial-data-acquisition/index.html.

Les données du RRSM sont disponibles sous forme de fichiers KML de Google Earth ou de fichiers GDB de base de données géographiques SIG. Ces documents sont disponibles depuis le site du Manitoba Land Initiative (MLI) à l’adresse : http://mli2.gov.mb.ca.

D’une manière plus générale, les produits et services d’arpentage sont offerts par GeoManitoba à l’adresse suivante : https://www.gov.mb.ca/sd/research-data-and-maps/geomanitoba/index.html.

Nouveau-Brunswick

À la suite de modifications apportées en 1999 à la Loi sur l’arpentage, le Nouveau-Brunswick est devenu la première province au Canada à adopter officiellement le système de référence NAD 83 (SCRS). Elle est toujours la seule province canadienne à prescrire législativement le système de coordonnées à utiliser sur son territoire et précise le système de référence et la projection à employer. Le référentiel utilisé au Nouveau-Brunswick est défini en fonction des valeurs des stations du Réseau de base canadien (RBC) de la version 2.0 (époque 1997) de l’ajustement canadien calculé par Ressources naturelles Canada et de la densification ultérieure du réseau.

La mise en place et la densification simultanées du RBC à travers la province se sont faites à la faveur d’une collaboration entre Ressources naturelles Canada et Service Nouveau-Brunswick (SNB). Le fruit en est un réseau géodésique tridimensionnel modernisé et nommé officiellement Réseau de haute précision du Nouveau-Brunswick (NB-HPN). Ce réseau, qui s’appuie entièrement sur les observations des systèmes mondiaux de navigation par satellite (GNSS), est entièrement intégré et conforme au RBC. SNB a densifié davantage le NB-HPN en observant les coordonnées NAD 83 (SCRS) sur les repères traditionnels, faisant ainsi le lien avec le réseau antérieur de la province. Ce réseau classique comporte environ 26 000 repères. Bien que l’on ait cessé en 1996 d’assurer l’entretien matériel de ce réseau, SNB assure quand même la conservation des données historiques qu’il a produit. Vous trouverez des renseignements détaillés pour les deux réseaux à l’adresse suivante : https://www.pxw1.snb.ca/snb7001/f/2000/2920f.asp.

À l’heure actuelle, le NB-HPN compte 135 points géodésiques aux coordonnées publiées, dont six points du RBC et huit stations de contrôle actif (ACS). Ces stations de contrôle actif forment un réseau provincial de récepteurs GNSS de qualité géodésique en fonctionnement continu. C’est à partir de ce réseau que SNB assure un accès au public de données de poursuite du Global Positioning System (GPS) en format RINEX. Ces stations sont exploitées en propriété et de manière indépendante. SNB autorise l’exploitation des données RINEX en redistribution au moyen d’un portail en ligne. Le NB-HPN fait partie intégrante du Système canadien de référence spatiale.

À la suite de l’adoption du Système canadien de référence altimétrique de 2013 (CGVD 2013) comme nouveau système de référence altimétrique pour tout le pays, SNB a converti les altitudes diffusées de tous les repères du réseau NB-HPN pour s’aligner sur ce système de référence. Les altitudes diffusées pour le réseau classique n’ont pas été converties. La province du Nouveau-Brunswick soutient le système de référence CGVD 2013. GeoNB est la prote d’entrée du Nouveau-Brunswick à l’information géographique et les applications et les cartes connexes à valeur ajoutée. Une des nombreuses applications disponibles à travers GeoNB est le Service de transformation de coordonnées (STC); il s’agit d’une application en ligne de transformation des coordonnées entre les systèmes de référence et de projection présents et passés de la province.

Terre-Neuve-et-Labrador

Le réseau géodésique de la province de Terre-Neuve-et-Labrador compte environ 7 000 stations de contrôle permanentes. À l’heure actuelle, le gouvernement local de Terre-Neuve-et-Labrador encourage le passage des réseaux horizontaux et altimétriques classiques au réseau de référence GPS de haute précision. Ceci est en accord avec le réajustement du réseau géodésique provincial du NAD 83 (original) au NAD 83 (SCRS). Afin d’obtenir les plus récentes nouvelles sur l’évolution de ce réseau provincial de contrôle actif, les utilisateurs peuvent consulter le site web à l’adresse : http://www.flr.gov.nl.ca/lands/maps/geodetic.html.De plus, une carte du réseau géodésique incluant les coordonnées tronquées à une précision au mètre près des stations de contrôle se retrouve à l’adresse suivante : http://www.flr.gov.nl.ca/lands/maps/kml/control_monuments.kmz.

Les coordonnées de plus grande précision peuvent être achetées de la base de données des stations de contrôle de la province à l’adresse suivante : http://www.flr.gov.nl.ca/lands/maps/productlist.html.

D’une manière plus générale, les produits et services d’arpentage sont offerts par les services d’information géographique de Terre-Neuve-et-Labrador à l’adresse suivante : http://www.flr.gov.nl.ca/lands/maps/index.html.

Nouvelle-Écosse

En 2012, la Nouvelle-Écosse a adopté une stratégie de modernisation de l’infrastructure géodésique provinciale et de mise en œuvre d’une solution durable pour remplir son mandat d’offrir un système de référence pour les coordonnées. Ainsi, le réseau « Nova Scotia Active Control Stations » (NSACS) a été mis en place et compte 40 stations de référence GPS/GNSS en fonctionnement continu. Par un modèle de tarif d’abonnement, les utilisateurs peuvent accéder via internet sans fil aux corrections des fournisseurs commerciaux de services RTK en réseau (NRTK). En utilisant l’interface web de RNCan, les utilisateurs peuvent aussi gratuitement consulter les fichiers de données de poursuite des stations NSACS pour le post-traitement.

Le NSACS permet le positionnement à l’échelle de la province à une exactitude au centimètre près pour les utilisateurs GNSS travaillant dans la zone couverte par le polygone de stations. Les utilisateurs peuvent atteindre une précision relative type de 0,5 ppm en utilisant des récepteurs mobiles qui captent les corrections du réseau à l’intérieur du polygone. Hors polygone, l’incertitude peut monter au niveau de 1 ppm, car les corrections peuvent venir d’une seule station de base. En post-traitement, les utilisateurs peuvent obtenir une précision au millimètre selon la durée de la session d’observation et la localisation de la station.

La répartition des stations du NSACS est représentée par l’interface cartographique web de GeoNova disponible à l’adresse suivante : https://gis8.nsgc.gov.ns.ca/NSCRS/.

Le réseau de contrôle passif de la Nouvelle-Écosse compte 925 repères en coordonnées NAD 83 (SCRS) qui forment le réseau de haute précision de cette province. On trouve aussi plus de 23 000 repères distribués à travers la province qui ont servi à la matérialisation du cadre de référence auparavant utilisé, l’ATS77. Les arpenteurs emploient ce réseau pour accéder au système de référence géodésique et pour contrôler leurs levés. Vous trouverez une carte interactive de ce réseau de contrôle passif en sélectionnant la couche du Nova Scotia Coordinate Control System (NSCCS) à l’adresse suivante : https://gis8.nsgc.gov.ns.ca/NSCRS/.

Le site donne pour chaque station de contrôle un rapport complet qui inclue les coordonnées, la description du site et les renseignements d’accès.

Vous en apprendrez davantage sur les systèmes de référence de cette province à l’adresse suivante : http://geonova.novascotia.ca/coordinate-referencing.

La documentation de soutien technique peut être consultée à l’adresse suivante : https://geonova.novascotia.ca/coordinate-referencing-technical-support.

Finalement, vous trouverez des renseignements sur les produits et services cartographiques auprès des services d’information géographique à l’adresse suivante : http://geonova.novascotia.ca/home.

Ontario

Le réseau géodésique de l’Ontario compte plus de 125 000 stations de contrôle horizontal et altimétrique. Parmi ceux-ci, 10 300 environ ont été réobservés lors de levés GPS de haute précision et forment la couche HPN (réseau de haute précision). Bien qu’un certain nombre de stations aient été établies en collaboration avec des intervenants comme le ministère des Transports, les grandes municipalités et les offices de protection de la nature, la base de données COSINE demeure le dépôt central des données géodésiques faisant autorité dans cette province. Le réseau fournit des stations de référence de haute exactitude dans de vastes régions de la province dont le but est notamment de soutenir les levés terrestres de délimitation foncière et la planification ainsi que l’exécution des grands projets d’infrastructure. Vous pouvez consulter une carte interactive de la répartition spatiale des stations de contrôle passif en utilisant le visualiseur du service COSINE de l'Ontario. Vous trouverez de l’information sur les stations en sélectionnant la couche réseau « Données horizontales » ou « Données altimétriques » et en faisant un zoom sur la zone d’intérêt.

D’une manière plus générale, les produits et services d’arpentage sont offerts par le Centre d’information et de soutien sur les ressources naturelles du ministère des Richesses naturelles et des Forêts à l’adresse suivante : https://www.ontario.ca/fr/page/ministere-des-richesses-naturelles-et-des-forets.

Île-du-Prince-Édouard

Le réseau de contrôle passif de cette province comporte 4 746 repères. Une liste de ces repères avec des renseignements détaillés et des croquis se retrouvent à l’adresse suivante : http://eservices.gov.pe.ca/pei-icis/monument/. Certains croquis des repères ont été détruits. La province pense que des 4 746 repères recensés, environ 3 500 subsistent encore.

La province a créé une application web pour le réseau de contrôle passif qui se trouve à l’adresse suivante : https://peitie.maps.arcgis.com/apps/webappviewer/index.html?id=7bab500046ff4e06928d46dc682bbf87.

La province a investi dans un réseau de contrôle actif comprenant huit stations : Alliston (PEAL), Souris (PESO), Morell (PEMO), Charlottetown (PETI), Borden-Carleton (PEAM), North Rustico (PEGS), Ellerslie (PEEL) et Rosebank (PEWI). Toutes ces stations sont installées sur des bâtiments appartenant au gouvernement ou entretenues par ce dernier, garantissant ainsi la sécurité et la stabilité des lieux. Cela permet aussi un accès facile pour les travailleurs en technologie de l’information et au Chief Surveyors Office dans le cadre de la maintenance et de la réparation des stations. À l’heure actuelle, le réseau est géré par Leica Geosystems via son réseau Smartnet. Un abonnement pour l’utilisation du système peut être obtenu à travers eux. La province s’efforce actuellement d’offrir le service par les réseaux d’autres fournisseurs comme Cansel et Brandt.

D’une manière plus générale, les produits et services d’arpentage sont offerts par le ministère provincial des Transports, de l’Infrastructure et de l’Énergie à l’adresse suivante : https://www.princeedwardisland.ca/fr/sujet/transports-infrastructure-et-energie. À l’heure actuelle, le gouvernement travaille sur la migration de l’information de l’ancien site web au nouveau site.

Québec

Dans la province de Québec, 18 stations GNSS de contrôle actif ont été construites et sont maintenues par le ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles (MERN). Les stations se retrouvent en majeure partie dans les municipalités provinciales peuplées. Un accès en temps réel est assuré gratuitement par internet sans fil et soutient le positionnement RTK par l’entremise d’une seule station de base. Les utilisateurs peuvent télécharger sans frais les données de poursuite GNSS. Vous trouverez des renseignements sur l’accès en temps réel et sur les données de poursuite aux adresses suivantes : http://mern.gouv.qc.ca/territoire/outils/outils-cellulaire.jsp et http://geoboutique.mern.gouv.qc.ca/html/GNSS_fiche.htm.

Le réseau de contrôle passif du Québec compte 36 000 stations de contrôle horizontal et 10 000 repères altimétriques. De ce nombre, 23 000 ont des coordonnées tridimensionnelles précises venant de levés GPS et se retrouvent surtout dans la partie méridionale peuplée du Québec. Cette infrastructure géodésique répond à une grande diversité de besoins des utilisateurs, qu’il s’agisse de géoréférencement de la voirie et de délimitation foncière de parcelles ou d’exécution de levés d’ingénierie  et/ou hydrographiques de précision. Vous trouverez des renseignements sur les points géodésiques à la « Géoboutique Québec » à l’adresse suivante : http://geoboutique.mern.gouv.qc.ca/html/GEODEQ_fiche.htm.

Une carte interactive du réseau est disponible aux adresses suivantes : https://geodesie.portailcartographique.gouv.qc.ca/ pour la version mobile et https://geodesie.portailcartographique.gouv.qc.ca/full.aspx pour la version poste de travail. La version mobile permet aux utilisateurs de naviguer dans les réseaux en sélectionnant la couche désirée « Réseau géodésique et carte », « Réseau géodésique et imagerie (Google) », « Points détruits/endommagés et carte » et « Points détruits/endommagés et imagerie (Google) » et en faisant un zoom sur la région d’intérêt. La version poste de travail permet aux utilisateurs de naviguer dans les réseaux en sélectionnant la couche désirée « Station permanente GNSS », « Précision 3D », « Planimétrie », « Altimétrie », « Présumé détruit / endommagé » et « Détruit » et en faisant un zoom sur la région d’intérêt.

D’une manière plus générale, les produits et services d’arpentage sont offerts par le ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles du Québec à l’adresse suivante : https://mern.gouv.qc.ca/territoire/expertise/expertise-geodesie.jsp.

Saskatchewan

Le réseau de contrôle passif de la Saskatchewan compte environ 9 000 stations de contrôle horizontal et plus de 15 000 repères altimétriques. La base de données géodésiques de la Saskatchewan (Saskatchewan Geodetic Dataset) archive numériquement toute l’information des points géodésiques de la province. Cela comprend des tableaux Excel avec les descriptions de sites et les coordonnées pour tous les repères. Une application bureautique est disponible pour faire une recherche dans les tableaux par numéro du repère ou de la région environnante. La base de données géodésiques peut être téléchargée de l’Information Services Corporation (ISC) via les sites suivants : https://www.isc.ca/MapsandPhotos/GISData/Pages/GeodeticControlCoordinates.aspx et https://www.isc.ca/Pages/Content %20Gallery/GeoSask.aspx.