Réseaux de contrôle actif

Les réseaux de contrôle actif sont exploités par des organismes publics et des intérêts du secteur privé au Canada. À ce jour, on a déployé quelque 600 stations de contrôle actif et de réseau RTK (tableau 1).

Dotées de récepteurs qui captent et enregistrent continuellement les signaux satellitaires, les stations de contrôle actif offrent des données GNSS pouvant être exploitées de diverses manières. Les utilisateurs peuvent télécharger des données satellitométriques (les mesures de télémétrie par satellite) pour améliorer l’exactitude de leurs levés par des méthodes différentielles et pour se rattacher au cadre national. Les données de poursuite peuvent aussi contribuer à des initiatives mondiales comme l’International GNSS Service (IGS) à des fins de renforcement GNSS et d’amélioration des cadres de référence terrestres. La collaboration internationale favorise la réalisation continue et fiable de produits de données d’orbite et d’horloge des satellites qui soutiennent les applications de la technologie PPP (Positionnement ponctuel précis). Les données de correction en temps réel des stations de contrôle actif permettent également une navigation de précision dans différentes zones de couverture grâce à une intégration aux services de renforcement régionaux ou mondiaux.

Par un renforcement du GNSS à l’aide des réseaux de contrôle actif, le positionnement et la navigation gagnent normalement une exactitude de 10 cm ou mieux selon la configuration et la densité du réseau de référence. Dans les régions où les stations de référence sont espacées de 10 à 20 km, les solutions RTK en réseau assurent habituellement une exactitude tridimensionnelle meilleure que 5 cm à un niveau de confiance de 95 %.

Tableau 1. Nombre de stations actives au Canada (novembre 2016)

  Réseau RTK Contrôle actif
Province Commercial Provinciales Fédérales (CGC)
Alb. 50 0 1
C.-B. 24 36 21(4)
Man. 21 0 3
N.-B. 27 8 3
T.-N. 5 2 1(3)
N.-É. 31 40 1(5)
Nun. 0 0 6
T.N.-O. 0 0 4
Ont. 176 0 11(2)
Î.-P.-É. 11 8 0
QC 95 18 8(5)
Sask. 32 0 2
Yn 0 0 2
Total 472 112 63(19)

Les organismes publics et privés au service des différents marchés et compétences du Canada ont adopté des méthodes et des modèles différents de mise en œuvre des technologies de contrôle actif. Au palier fédéral, Ressources naturelles Canada, Pêches et Océans Canada et NavCanada ont été des adoptants de la première heure en mettant en place des stations du Système canadien de contrôle actif (SCCA), du GPS différentiel (CDGPS) de la Garde côtière et des réseaux canadiens du Système de renforcement à couverture étendue (CWAAS), respectivement. Alors que les stations du CDGPS et du WAAS au Canada sont dédiées principalement à la sécurité de la navigation maritime et aérienne, le SCCA constitue une initiative de premier plan au service des communautés géodésiques et scientifiques.

Au palier provincial, la participation et l’investissement du secteur public dans tout ce qui est stations de contrôle actif varient selon la province en fonction des services offerts par le secteur privé et des perspectives de collaboration. Dans l’Ouest canadien, la Colombie-Britannique est la seule province exploitant des stations de contrôle actif aux paliers provincial et municipal. Tout comme l’Ontario, les provinces des Prairies, soit l’Alberta, la Saskatchewan et le Manitoba, comptent surtout sur des services commerciaux de réseau RTK. Le Québec et le Nouveau-Brunswick offrent des stations de contrôle actif dans leurs grandes municipalités. Enfin, la Nouvelle-Écosse et l’Île-du-Prince-Édouard ont formé des partenariats avec l’industrie pour exploiter des réseaux de stations de contrôle actif pour des services en temps réel par abonnement et un libre accès aux données de post-traitement.